port-du-becquet

Le port du Becquet

Situé entre deux pointes rocheuses appelées les Becquets, le port fut construit en 1783. En 1785, il était le principal lieu d’embarquement des pierres que l’on extrayait des carrières du Becquet toutes proches, destinées à la construction de la grande digue de la rade de Cherbourg.

© Roland Godefroy

© Roland Godefroy

Il est construit à partir de 1783 par François-Justin Asselin du Vey (1757-1840) pour permettre l’embarquement des pierres nécessaires à l’enrochement des digues fermant la rade de Cherbourg : « Dès les premiers temps de cette vaste entreprise, la montagne schisteuse du Becquet, par sa nature, sa situation et son grand développement, fut considérée comme un point d’exploitation très important, et ce fut pour faciliter l’embarquement des matériaux extraits des carrières qu’on se proposait d’y ouvrir, que la marine, en 1783 et en 1784, fit agrandir et fermer par deux digues à pierres sèches le hâvre le plus rapproché du centre des travaux. ».

Le premier abri de 54 mètres de long sur 40 mètres de large, parallèle au rivage, voit sa jetée prolongée de plus de 200 mètres et sa largeur portée à 50 mètres.

En 1786, on aménage les quais, puis une seconde jetée de 90 mètres est construite sur le rocher à l’est.

Mais les revêtements extérieurs ne résistent pas au choc des vagues. Deux ans après, tout est à refaire. « On leur substitua une estacade en charpente que les vers attaquèrent et qui n’eut également qu’une courte durée. Lors de la reprise des travaux, en l’an XI, les pierres poussées par la mer avaient comblé le port ; on le déblaya et l’on rétablit la digue de l’Ouest, partie en petites pierres, et partie en gros blocs. ».

En 1839, « il est circonscrit de murs de quai, construits à pierres sèches, posées de champ, et protégé du côté du large par une digue ou jetée à pierres perdues, revêtue en blocs. Il a environ 200 m de longueur, 40 m de largeur et 12,500 m de superficie ; ses murs de quai présentent un développement de 550 m [1].

Le 18 octobre 1910, une pétition des habitants de Digosville et de Tourlaville réclame la construction d’une jurée-abri et l’approfondissement de l’entrée du port [3]. La municipalité saisit les pouvoirs publics.

Source : Wikimanche (http://www.wikimanche.fr/Port_du_Becquet)